Libres d'aimer - Page 4

Difficile d’échapper aux stéréotypes de genre dans les albums pour la jeunesse. Pourtant, on trouve de plus en plus d’auteurs qui prennent la question à bras le corps pour proposer aux jeunes lecteurs des histoires différentes.

Les filles y sont intrépides, aventurières et n’ont pas l’intention d’attendre le prince charmant. Les garçons peuvent aimer le tricot, jouer à la poupée et laisser parler leurs émotions.

La question de l’identité de genre est également abordée avec délicatesse, évoquant les questionnements (Je suis Camille) ou l’évidence comme dans les albums de Jessica Love (Julian est une sirène).

Enfin, les sentiments et la liberté d’aimer qui l’on veut ne sont pas éludés, dans des albums qui parlent d’homosexualité à hauteur d’enfant.

Difficile d’échapper aux stéréotypes de genre dans les albums pour la jeunesse. Pourtant, on trouve de plus en plus d’auteurs qui prennent la question à bras le corps pour proposer aux jeunes lecteurs des histoires différentes.

Les filles y sont intrépides, aventurières et n’ont pas l’intention d’attendre le prince charmant. Les garçons peuvent aimer le tricot, jouer à la poupée et laisser parler leurs émotions.

La question de l’identité de genre est également abordée avec délicatesse, évoquant les questionnements (Je suis Camille) ou l’évidence comme dans les albums de Jessica Love (Julian est une sirène).

Enfin, les sentiments et la liberté d’aimer qui l’on veut ne sont pas éludés, dans des albums qui parlent d’homosexualité à hauteur d’enfant.

Vous avez dit stéréotypes ?

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

Identité de genre

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

Libres d'aimer

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.