Pourquoi proposer encore de la musique en bibliothèque? Parce que la musique reste la pratique culturelle préférée des français et quelle est  une valeur ajoutée pour les bibliothèques dans ses liens aux lecteurs…

Une évolution des modes d' écoute, des contenus et des pratiques multiples.

On n'a jamais consommé autant de musique. C'est d'ailleurs la pratique culturelle préférée des français. Ainsi 85 % des français écoutent de la musique régulièrement et 35% tous les jours alors qu'il n'était que de 9% en 1973.
La musique accompagne la mobilité depuis la radio  portative, la cassette, le baladeur mais cette mobilité s'est encore renforcée grâce aux smartphone. Ce sont donc les modes d'écoute qui ont largement évolué et qui se complètent.
L'offre de contenu s'est aussi démultipliée. Il n'est plus nécessaire de passer par un éditeur pour produire de la musique, on peut la déposer sur des plateformes dédiées telles que Soundscloud, Ziklibrenbib.
On peut regarder un clip sur You tube, écouter une émission de radio, un concert, jouer à des jeux vidéo musicaux ( Just dance, guitare héro...), recommander des morceaux à ses amis via les réseaux sociaux, pratiquer un instrument. Ainsi comme le rappelle l'ACIM (Association de coopération des professionnels de l'information musicale), la musique a bien toute sa place en bibliothèque. Il serait dommage que la bibliothèque se coupe des ses usagers alors qu'elle a toujours un rôle à jouer pour offrir des contenu, être médiateur dans une offre foisonnante, initier des nouvelles pratiques.
 
S'informer sur la musique en bibliothèque:
 
 

Une offre de musique hybride: CD et ressources numériques

Faut-il proposer encore du CD en bibliothèque? Avec la montée de la pratique de l'écoute en ligne et du streaming avec des plateformes telles sur Deezer, Spotify... on peut légitimement se poser la question. Néanmoins, une partie de nos lecteurs écoute toujours de la musique sur CD. Au contraire des ressources numériques qui sont par nature volatiles, le CD offre au lecteurs un impact sensitif fort en terme de visuel et d'écoute ( cette idée est développée par Gilles Rettel - formateur - blog référence dans le PDF ci dessus). Le CD ne va pas disparaître mais constituera une niche comme le vinyle.

Constituer une collection de CD:

Quel nombre de CD acheter? Comme pour les livres, on peut partir des recommandations du Ministère de la Culture ( 0,4 CD par hab. en dessous de 2000 hab.). Néanmoins, il s'agit de relativiser ce nombre en fonction de son budget, la place disponible Mais aussi à quelle catégorie de public je souhaite m'adresser en priorité, quels sont les lecteurs qui empruntent déjà, y-a t-il une école de musique, une association musicale sur ma commune comme partenaire potentiel? En fait, il faut avoir une politique de partis pris et créer une identité musicale de la bibliothèque. Ainsi Certaines bibliothèques font le choix de n'acheter sur support CD que la chanson pour enfant et la scène locale et compléter l'offre par des ressources numériques payantes et/ou gratuites. Contrairement au DVD, il n'est pas obligatoire de passer par un groupement d'achat.

pdfAcquisitions et gestion courante4.01 Mo15/01/2018, 16:30

 Les ressources numériques payantes:

Elles peuvent être payantes et sont plus ou moins spécialisées sur un genre. Dans le domaine des bibliothèques les plus connues étant Music Me, Naxos pour le jazz et la musique classique, ainsi que la Cité de la musique.Le consortium CAREL négocie les droits pour les bibliothèques. La MDIV propose la ressource 1DTouch sur son portail. 1Dtouch est une plateforme de streaming équitable - qui s'engage à mieux rétribuer les artistes de labels indépendants. Écoutez de la musique en ligne avec 1DTouch 

Les ressources numériques libres:

Ziklibrenbib, Jamendo, Dogmazic… des sites à foison. A l’ère du numérique et d’Internet, il n’a jamais été aussi facile de reproduire, diffuser ou modifier une œuvre, sans que cela porte forcément préjudice à son auteur.            Écoutez de la musique libre

D'autres services : des supports physiques livres, périodiques, partitions...

On le voit la bibliothèque doit proposer une offre de contenus hybrides: CD, pourquoi pas du vinyle qui revient fort, des ressources numériques mais aussi des livres documentaires, des revues, des partitions et pourquoi pas               du prêt d'instruments de musique comme à la médiathèque Cabanis de Toulouse. La bibliothèque doit être en cohérence avec les pratiques d'écoute d'aujourd'hui. 

En premier lieu, la bibliothèque doit sonoriser son espace pour permettre l'écoute individuelle et/ou collective de musique. Elle peut être productrice de ses propres contenus : play-lists, chroniques, blog (Bmol à Grenoble).                 Proposer de l'écoute en live en accueillant des artistes, une séance de l'école de musique... La bibliothèque doit être consciente de ses attitudes pour trouver son public là où il est: notamment sur les réseaux sociaux et proposer des contenus qui correspondent à ces nouveaux usages: médiation sur You Tube et autres réseaux sociaux « obligatoires » La bibliothèque doit être présente sur toutes les déclinaisons du numérique

Il s'agit de créer un service SIMPLE, VISIBLE et CONVIVIAL :Aménager et animer un espace musique et cinéma (en cours de construction)

pdfSonoriser un espace

pdfRessources à diffuser519.22 Ko15/01/2018, 16:34

L’écoute n’est plus la seule façon d’agir en bibliothèque : On écoute, mais aussi on joue, on crée: locaux de répétitions, ateliers de pratiques, création du jingle de fermeture de la bibliothèque...