Médiathèque de Lécousse - Page 2

Pendant toute l’année 2021, la Médiathèque départementale a expérimenté un nouvel espace dédié à la petite enfance, l'espace sensoriel, dans 3 bibliothèques d’Ille-et-Vilaine : Lécousse, La Bouëxière et Quédillac, ainsi qu'à l'occasion d'un salon des assistantes maternelles et lors d'une formation professionnelle.

L'espace sensoriel : un outil d'accueil des tout-petits

Il s’agit d’un espace propice au bien-être et à la relaxation, conçu comme un parcours sensoriel pour les 0-3 ans. Composé de textures et matières diverses, d’instruments sonores et d’objets lumineux, il permet de stimuler et d’éveiller les sens tout en offrant un lieu confortable et sécurisant.

Plusieurs configurations sont possibles selon la taille de la pièce qui pourra accueillir cet outil : 9 m², 18 m² et 35 m².

EspaceSensoriel35m²1

Suite à ces expérimentations, l'espace sensoriel est désormais disponible au prêt pour tout le réseau.

Retours d'expérience

Pendant toute l’année 2021, la Médiathèque départementale a expérimenté un nouvel espace dédié à la petite enfance, l'espace sensoriel, dans 3 bibliothèques d’Ille-et-Vilaine : Lécousse, La Bouëxière et Quédillac, ainsi qu'à l'occasion d'un salon des assistantes maternelles et lors d'une formation professionnelle.

L'espace sensoriel : un outil d'accueil des tout-petits

Il s’agit d’un espace propice au bien-être et à la relaxation, conçu comme un parcours sensoriel pour les 0-3 ans. Composé de textures et matières diverses, d’instruments sonores et d’objets lumineux, il permet de stimuler et d’éveiller les sens tout en offrant un lieu confortable et sécurisant.

Plusieurs configurations sont possibles selon la taille de la pièce qui pourra accueillir cet outil : 9 m², 18 m² et 35 m².

EspaceSensoriel35m²1

Suite à ces expérimentations, l'espace sensoriel est désormais disponible au prêt pour tout le réseau.

Retours d'expérience

Médiathèque de Lécousse

Le premier prêt a eu lieu à la médiathèque de Lécousse, près de Fougères, du 11 au 26 mars 2021, durant la Semaine nationale de la petite enfance.

Séverine

Anne-Laure Potevin, bibliothécaire à la Médiathèque départementale : Commençons par un bilan chiffré de cette première expérimentation. Combien de séances ont été proposées et pour combien de personnes touchées ?

Séverine Bigot, bibliothécaire à Lécousse : Sur les deux semaines où j’avais l’espace sensoriel, j’ai organisé 5 séances d’environ 45 minutes, sur 5 matinées différentes. En tout, 25 personnes sont venues : 17 enfants de 5 mois à 2,5 ans et 8 adultes.

ALP : Comment avez-vous communiqué en amont sur les séances ?

SB : J’ai contacté le RIPAME de Lécousse quelques temps avant et leur ai donné les dates des séances ainsi que des affiches. J’ai également envoyé un e-mail aux assistantes maternelles qui viennent régulièrement à la bibliothèque et en ai parlé à des parents lors de leur venue à la bibliothèque.

ALP : Où l’espace sensoriel a-t-il été installé ?

SB : Il était installé dans une salle à part de la médiathèque, mais dans le même bâtiment. J’ai ainsi pu le laisser en place entre chaque séance, ce qui était confortable. La surface était d’environ 30 m². La pièce était dans la pénombre grâce aux volets que j’ai presque tous fermés. Cela n’a pas du tout dérangé les enfants, au contraire : les lumières du projecteur ou de la veilleuse étaient bien visibles.

ALP : Racontez-nous le déroulement d’une séance ? Espace sensoriel Lécousse

SB : Avant d’entrer dans la pièce, je demande aux enfants d’enlever leurs chaussures et leurs chaussettes afin de bien ressentir les différentes textures présentes au sol. Je me mets à leur hauteur et leur parle doucement pour les inviter à entrer. Les premières secondes, ils sont surpris et regardent autour d’eux. Petit à petit, ils partent explorer les lieux. Les cabanes ont beaucoup de succès chez les plus grands ! Les enfants qui marchent sont beaucoup dans la motricité. Les plus petits sont allongés sur les tapis, regardent les lumières qui les entourent, écoutent la musique relaxante. On les caresse avec des plumes, ils attrapent les objets près d’eux. C’est un vrai plaisir de les regarder faire. Un petit garçon de 5 mois s’est même retourné sur le ventre pour la première fois sur l’un des tapis !

ALP : Pour finir, quel a été le ressenti général ?

SB : Tout le monde a été ravi de l’expérience. Une assistante maternelle a d’ailleurs dit qu’ils seraient bien restés plus longtemps !

 

 

 

La suite de l'expérimentation de l'espace sensoriel est prévu en mai - juin à la médiathèque de La Bouëxière. A suivre !

 

Pour plus d'informations sur l'espace sensoriel, vous pouvez contacter Anne-Laure Potevin : 02.99.02.77.49 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médiathèque de La Bouëxière

Les bibliothécaires de La Bouëxière, Dominique Pingot-Texier et Pascale Girardet, ont tout de suite été enthousiastes à l'idée de tester l'espace sensoriel de la Médiathèque départementale. Avec leur collègue Dominique Lambert, chargée de l'accueil des tout-petits sur la commune, elles nous racontent leur expérience.

Dominique2

Anne-Laure Potevin, bibliothécaire à la Médiathèque départementale : Avant d'accueillir l'espace sensoriel, quels publics avez-vous souhaité toucher en priorité ? Comment avez-vous promu l'outil auprès de vos partenaires ?

Dominique Pingot-Texier, bibliothécaire à La Bouëxière : Nous avons volontairement invité les seules structures petite enfance de la commune, car nous avons organisé des séances spécialement pour les professionnel.les de la petite enfance. A cause du contexte sanitaire, nous n'avons pas proposé de séances ouvertes au public. Nous avons invité ces structures par e-mail, en joignant la vidéo de présentation de l'espace sensoriel qui est très parlante.

ALP : Pendant les 6 semaines de prêt, combien de séances avez-vous proposées ?

Dominique Lambert, chargée de l'accueil des tout-petits à La Bouëxière : Nous avons organisé 5 séances : 1 par semaine, le mardi matin. Nous avons accueilli la halte-garderie, 2 MAM, la crèche et le RIPAM. Nous avons ainsi touché 22 enfants âgés de 1 an à 2,5 ans accompagnés de 6 adultes. Les séances duraient en moyenne 30 minutes. Au-delà, les enfants étaient moins réceptifs à la découverte.

ALP : L'espace sensoriel était installé dans l'espace jeunesse de la médiathèque ; vous avez déplacé le mobilier présent pour lui faire de la place. Vous deviez donc l'installer puis le ranger chaque semaine : combien de temps cela vous a-t-il pris ?

DPT : A deux personnes, environ 1h la première fois puis 30 minutes les fois suivantes, quand on connaît le matériel et qu'on est plus à l'aise. Je conseille de bien prendre le temps de découvrir toutes les composantes de l'espace sensoriel, avant la première séance. Il faut donc prévoir une demi-journée de prise en main de l'outil, et en profiter pour faire des tests de lumière et de son.

DL : Oui et il faut également être minutieux dans le rangement : cela permet de gagner du temps d'une séance à l'autre !

ALP : Avant chaque séance, quel était votre message d'introduction ?

DL : J'ai demandé aux enfants d'enlever leurs chaussures et chaussettes puis je me suis mise à leur hauteur et leur ai parlé à voix douce. Je leur ai indiqué qu'ils allaient découvrir un parcours où ils allaient pouvoir toucher, regarder, écouter. Nous avions fermé les portes qui permettent d'accéder à l'espace sensoriel afin de créer la surprise en entrant. Et ça a marché ! Ils étaient très calmes et ébahis. Puis chacun a créé son propre parcours à son rythme.

ALP : Quels ont été les retours des enfants et des adultes qui les accompagnaient ?

DL : Les enfants étaient émerveillés et curieux. Ils étaient fascinés par les projections lumineuses. On a pu entendre "c'est beau", "c'est doux", "ça gratte" ! Les adultes étaient très contentes de leur venue. Certaines envisagent d'acheter du matériel qu'elles ont testé ici pour leur propre structure : tipi, jeux de lumières...

ALP : Et votre ressenti ?

DL : A refaire l'année prochaine !

DTP : On se doute que l'espace sensoriel sera tout le temps réservé et qu'il aura beaucoup de succès ! Il faudrait que la Médiathèque départementale en crée un deuxième pour satisfaire plus de monde. C'est un outil qui ouvre de nombreuses portes quant à l'accueil des tout-petits. L'espace sensoriel est modulable et c'est un vrai plus. On peut faire des séances sans tout sortir. Cela donne envie de faire des achats d'objets sensoriels pour notre bibliothèque. Bref, on en ressort enchantées.

articleESLaBouexiere

 

Médiathèque de Quédillac

La dernière étape de l'expérimentation de l'espace sensoriel a eu lieu à la nouvelle médiathèque de Quédillac du 19 octobre au 17 décembre 2021. Voici le retour d'expérience de Lisa Gouézec, bibliothécaire. Lisa 1

Anne-Laure Potevin, bibliothécaire à la Médiathèque départementale : Sur toute la période de prêt, combien de séances ont été proposées et comment se sont-elles déroulées ?

Lisa Gouézec, bibliothécaire à Quédillac : En tout, 6 séances ont été organisées : 1 séance avec les bébés lecteurs gérée par une animatrice intercommunale, 3 séances avec le Ripam et 2 séances ouvertes aux familles. En tout, ce sont 25 enfants de 6 mois à 3 ans qui ont pu découvrir l'espace, et 17 adultes qui les accompagnaient. Certains enfants sont venus 2 fois ! Les séances duraient 30 minutes environ, sauf celles avec le Ripam, où les assistantes maternelles étaient seules avec les enfants dans l'espace, qui ont duré 10 à 20 minutes. Ce n'est pas une formule à reproduire car l'effet d'apaisement et de découverte n'est pas optimal.

ALP : Comment avez-vous communiqué autour de ces séances ?

LG : Par un pdfaffichage dans la bibliothèque, dans la commune, dans les commerces mais aussi sur le site internet et via Facebook. J'ai également prévenu les assistantes maternelles qui viennent régulièrement à la bibliothèque.

ALP : Racontez-nous comment l'espace sensoriel était installé dans la bibliothèque !

LG : Au centre de la bibliothèque, on dispose d'un espace dédié aux accueils de groupes qui peut être  fermé par 2 grands rideaux qui forment ainsi une bulle. C'est ici que nous avons installé l'espace sensoriel. A l'extérieur des rideaux, j'avais placé les plaques sensori-motrices qui annonçaient la couleur ! Les enfants étaient très curieux de découvrir ce qui s'y cachait derrière. J'avais également mis à disposition des enfants le coussin chauffant qu'ils pouvaient manipuler avant de rentrer dans l'espace. Par ailleurs, quand les séances étaient terminées, je laissais les 2 tentes ainsi que quelques plaids et tapis : c'était très apprécié des enfants lors des ouvertures au public !

ALP : Et combien de temps mettiez-vous pour ranger l'espace ?

LG : Environ 30 minutes, toute seule. C'est un peu long mais heureusement, le rangement se fait bien car on sait où se range chaque objet ! Tout est noté, c'est appréciable. D'ailleurs, chaque caisse étant thématique, le Ripam a décidé de n'en utiliser qu'une à chaque fois. Par exemple, une séance était organisée autour de la caisse "écouter", puis une autre autour du "toucher".

ALP : Après ces deux mois d'expérimentation, qu'en avez-vous pensé ? IMG 9821 2

LG : C'est un super outil ! Il s’agit d’un espace intéressant pour les tout-petits mais aussi pour les plus grands qui sont curieux de le découvrir. C’est un bon moyen de sensibiliser les parents à la sensorialité et aussi de les faire venir à la bibliothèque. Lors d’un accueil famille, les 2 parents d’un bébé de 6 mois ont pu profiter pleinement de ce moment privilégié. C’était très interactif. Pour certains enfants, il s’agissait d’un moment très ludique. D’autres sont plus timides, mettent plus de temps à découvrir par eux-mêmes ce qui est à leur disposition. Une petite fille de 6 mois riait aux éclats lorsque ses parents s’amusaient à lui caresser le visage avec une balle rigolote !

ALP : Enfin, que conseilleriez-vous pour les prochaines bibliothèques qui emprunteront l'espace sensoriel ?

LG : Je leur conseillerais de proposer des séances familles avant l’ouverture de la bibliothèque (ex : samedi à 10h pour ouverture à 10h30). Cela permet aux familles de profiter d'un moment privilégié dans la bibliothèque et les incite à emprunter des livres à l’ouverture. Je leur conseillerais également d'utiliser certains accessoires pour d'autres accueils (de classes notamment) car il y a vraiment des objets pour tous les âges. Enfin on peut aussi dédier un accueil pour un enfant en situation de handicap car c'est un espace tout à fait adapté.

Salon des assistantes maternelles

L’espace sensoriel a été présenté lors du Salon des assistant.es maternel.les qui a eu lieu le samedi 9 octobre 2021 à Bain de Bretagne et organisé par l’agence départementale de Redon et des Vallons de Vilaine. Il était installé dans une petite salle qui avait été vidée pour l'occasion. Les assistant.es maternel.les mais également d'autres professionnel.les de la petite enfance de la partie sud du Département, pouvaient donc voir ce dispositif au cours d'une visite qui abordait de nombreux thèmes : le métier, la sécurité, le développement de l’enfant et ses besoins. L'espace sensoriel était associé à l’atelier de motricité libre, animé par deux éducateurs et une bibliothécaire.

Website Creation Mind Map 2

Formation professionnelle

Passeurs de culture est un pôle de ressources et formations pour les professionnel·les du champ social et de l’animation. Mis en place en 2014 par la Direction de la Culture de la Ville de Rennes et Rennes Métropole, la Direction Régionale des Affaires Culturelles – DRAC Bretagne – et la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations – DDCSPP 35. En 2017, le Département d’Ille-et-Vilaine se joint à la démarche, dans la volonté de déployer des formations sur le territoire départemental. Pendant 3 journées, les professionnel·les rencontrent 4 partenaires culturels de façon privilégiée, dont pour cette édition 2021, la Médiathèque départementale. Cette année, les rencontres se sont faites autour de la Petite enfance ; il a donc été décidé d’y présenter l’espace sensoriel. La présentation s’est déroulée dans l’espace jeunesse des Champs Libres à Rennes.


Les professionnelles de la petite enfance présentes étaient sensibilisées au concept Snoezelen et très curieuses de découvrir l’espace sensoriel. Plusieurs d’entre elles étaient en projet de création d’un espace ou de matériel sensoriel et ont posé des questions très pratiques : fournisseurs, budget, temps de création. Cette présentation répondait à un vrai besoin.

 

Pour plus d'informations sur l'espace sensoriel, vous pouvez contacter Anne-Laure Potevin : 02.90.02.77.49 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.