La musique à la pointe de la culture libre

Ziklibrenbib, Jamendo, Dogmazic… des sites à foison

A l’ère du numérique et d’Internet, il n’a jamais été aussi facile de reproduire, diffuser ou modifier une œuvre, sans que cela porte forcément préjudice à son auteur.

Encore peu de musiques tombées dans le domaine public

Une musique est dite libre lorsqu’elle peut être librement (et légalement) modifiée, copiée et/ou partagée. A l’instar des œuvres littéraires, une musique libre peut donc être une musique tombée dans le domaine public ou une musique dont la licence attribuée entre dans le cadre des licences libres (Creative Commons, Art Libre…).
Les musiques tombées dans le domaine public sont encore peu nombreuses puisqu’elles le deviennent 70 ans après la mort des auteurs. Cela concerne les œuvres des artistes décédés avant 1950 qui ont pu être enregistrées.

Le concept de musique libre s’inscrit dans la philosophie des logiciels libres.

A l’ère du numérique et d’Internet, il n’a jamais été aussi facile de reproduire, diffuser ou modifier une œuvre, sans que cela porte forcément préjudice à son auteur. Certains artistes ont d’ailleurs choisi d’encourager ce partage en diffusant leurs œuvres sous des licences de libre diffusion, plus permissives que la loi sur le droit d’auteur. Cette démarche s’inscrit dans un cadre juridique. En choisissant la libre diffusion, les artistes ne renoncent pas à leurs droits d’auteur mais lèvent certaines restrictions pour le public, essentiellement sur leurs droits patrimoniaux : reproduction en-dehors de l’usage personnel du copiste, diffusion publique, utilisation dans un cadre commercial sans contrepartie financière… Un artiste peut également donner a priori l’autorisation publique de modifier son œuvre, ce qui relève du droit moral. Celui-ci étant inaliénable, l’artiste pourra toujours s’opposer a posteriori à toute œuvre dérivée, en se référant à son droit au respect de l’intégrité de son œuvre. Pour la même raison, il est obligatoire de citer l’auteur d’une œuvre en libre diffusion.Il existe peu d’exemples de musiciens reconnus qui ont fait le choix de mettre à disposition leurs créations sous licence libre. Plus généralement, les artistes semblent choisir « par défaut » de libérer leurs droits d’auteur faute d’avoir pu séduire les grandes maisons d’édition musicale. Le partage de leur univers musical sur des plateformes de musique libre est aussi un vecteur de promotion de leurs œuvres. D’autres artistes font expressément le choix de la musique libre pour s’affranchir de l’asservissement imposé par les circuits commerciaux et les sociétés de gestion collective des droits d’auteur.

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_libre

http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/ou-trouver-de-la-musique-en-libre-diffusion

ZIKLIBRENBIB: http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib

Ziklibrenbib est un projet collaboratif qui vise à promouvoir la musique en libre diffusion dans les médiathèques. Il s’agit du premier projet collaboratif inter-bibliothèques d’envergure nationale. Créé à l’initiative des médiathèques d’Argentan Intercom (61) et de Pacé (35), il est aujourd’hui animé par une vingtaine de professionnels, répartis sur toute la France.
Au-delà des chroniques publiées chaque semaine sur le site, l’équipe de Ziklibrenbib propose des outils de médiation et idées d’animation, aussi bien à destination du public que des professionnels : affiches, flyers, mini-chroniques au format papier, compilations trimestrielles, playlists Youtube, élection du titre de l’année, journée de création musicale, rencontre/concert, utilisation de musiques libres de modification dans des vidéos…

JAMENDO : www.jamendo.com

Jamendo est une plate-forme d’hébergement de musique en libre diffusion. L’ergonomie du site est plutôt bien pensée et les outils nombreux (playlist, sélection personnelle d’albums favoris, rédaction de critiques, dons aux artistes, widgets, radios, partage de contenus, aspects réseau social…). Il s’agit toutefois d’une entreprise privée avec un objectif de rentabilité, ce qui l’amène à commercialiser la musique en libre diffusion, en jouant le rôle d’intermédiaire entre les artistes et les lieux de diffusion. 

DOGMAZIC : www.dogmazic.net

L’autre grande plate-forme de musique en libre diffusion est proposée par l’association militante Musique Libre, domiciliée à Bordeaux. Si Dogmazic s’avère moins riche en outils que Jamendo, le site dispose tout de même de fonctionnalités de recherche intéressantes : par licence, style de musique, label ou encore lieu ! Pratique pour aller voir des artistes libres près de chez soi ! A noter que l’association propose également des bornes interactives d’écoute, de téléchargement et de dépôt de musique libre pour les lieux publics.

Pour aller plus loin :

https://freemusicarchive.org

https://www.youtube.com/user/ActaMusic

http://cctrax.com

http://audionautix.com

 

 Cet article est extrait de "Ressources libres" de Mathieu Couanon que vous pouvez télécharger dans son intégralité ici.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.